Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Un humain dans la masse !

Un humain dans la masse !

Blog sur les sujets de la vie quotidienne. Savoir se mettre en lumière pour apprendre à évoluer. Curiosité, Neutralité, Point de vue exterieur. Ni pour. Ni contre. Bien au contraire


[CRITIQUE-LIVRE] Werber - La mort, cette inconnue.

Publié par Julien sur 21 Mars 2017, 11:45am

Catégories : #Questionnements, #Experiences, #Lectures, #Spiritualité

Avis sur
Les Thanatonautes
Parution 1994
3eme bouquin de Bernard Werber

 


Plus la peine de présenter Bernard Werber ? L'auteur de la saga des Fourmis , a mis du temps à se lancer vraiment dans sa carrière d'écrivain et a failli tout lâcher après son premier roman, pensant avoir fait le tour de ce qu'il voulait dire / présenter / défendre / démontrer. Puis une intuition au fond de lui : qu'il fallait continuer. Depuis il écrit tous les matins (il s'est imposé ça depuis le début et ne lache pas cette habitude) et sort 1 roman par an (en octobre généralement), depuis la moitié des années 90. 


Il est connu pour écrire des romans abordant des thèmes assez spirituels, humains, mythologique, genre de science fiction abordable par tout le monde . Tous ces thèmes sont placés dans des histoires assez classiques avec des personnages très banals pour qu'un large public puisse s'attacher à ces domaines sans se prendre la tête. On peut faire d'ailleurs deux lectures : une qui prend le tout comme un grand roman purement inventé qui invite à réfléchir, ou alors voir ça d'une manière plus personnelle, et voir le tout comme de la fiction / réalité . Au choix, selon vos envies, vos croyances et votre point de vue sur la vie en général.


Il y a 10ans, j'ai beaucoup aimé découvrir cet auteur : par le roman le père de nos pères qui m'avait fait réfléchir à max. De là j'avais enchainé sur plusieurs romans (honte sur moi je n'ai jamais fini les fourmis, mais un jour je le reprendrai du début à la fin). Il y a 10ans j'avais lu un peu les Thanatonautes (de mémoire) mais cette année j'ai eu envie de le relire, juste pour voir si mon impression de base était resté intacte (j'en avais eu un bon souvenir). Et puis avec 10ans dans la gueule on voit un peu les choses d'une autre manière.


Werber est le romancier français le plus lu au monde. Pourquoi ? Tout simplement parce qu'il aborde des thèmes qui parlent à tout le monde sur un fond d'histoire plus que classique avec un style qui l'est tout autant. 
Voilà le point où j'ai un peu de mal avec cet auteur (surtout maintenant quand je m'y replonge). Je trouve son style parfois trop enfantin, il ne va pas toujours au bout des choses ou survole trop vite à mon gout certains points précis . Mais en même temps, c'est assumé, alors j'accepte.


Le roman : Les Thanatonautes (les navigateurs de la mort) n'échappe pas à la règle. L'histoire sur le papier fait très envie : un groupe d'homme (qui part de deux hommes à la base : Michael Pinson et Raoul Razorback, deux chercheurs du CNRS) veut découvrir la frontière de la mort et même le monde ultime, celui de l'après vie. 
Le style de l'auteur est clairement présent, on le reconnait de suite : des chapitres assez brefs pour la plupart et qui vont droit au but, un style très découpé mais qui donne du coup un peu de dynamisme à l'ensemble. Une histoire très simple à comprendre et qui (pour quelqu'un qui n'aurait jamais entendu parler du sujet) donne toujours cette envie de tourner la page suivante. Dur de reposer le livre (même moi, je dois bien l'admettre : j'ai beau critiqué le style, il n’empêche que quand on oublie ça et qu'on se laisse prendre au jeu, le tout est très efficace). 

Comme d'habitude, on trouve chez Werber, des petits chapitres qui coupent l'histoire principale et qui traitent de l'histoire en général, d'anecdotes en tout genre, de l'humain, de petites énigmes, de la mythologie ; bref des choses qui font réfléchir à la vie en générale et particulièrement à certains passages du romans en question. 

 

Et si c'était vrai ?

Je vais pas vous parler du roman de Marc levy dans ce paragraphe (rassurez vous). Comme je le disais au début, Werber s'inspire parfois (souvent) de faits réels à la base et s'amuse à développer ça sous forme d'histoires, pour éveiller la curiosité. Ici on peut voir clairement, qu'il part dans tout ce qui touche aux expériences de mort de imminente qu'on entend souvent ici et là (personnes sortant parfois de leurs corps après des accidents). Je ne vous cache pas, que j'ai relu ce bouquin car ces derniers temps j'étais très porté sur ces sujets là. Le phénomène de la vie après la vie, me parle de plus en plus et de voir un romancier se laisser prendre dans son tourbillon d'imagination sur la question, ne pouvait que m'intriguer. Jusqu'où peut il avoir raison ? J'ai aimé retrouver des choses dans ce roman, que j'avais pu lire un peu partout ailleurs dans divers témoignages de personnes de la vie de tous les jours. 

Où est la part de réalité ? Où est la part d'imagination ? Après tout l'imagination d'un auteur n'est qu'une suite d'idées. Mais que ce sont les idées ? Pourquoi certains artistes sont ils plus inspirés que d'autres ? Comment nait l'inspiration ? Du mental ? Le mental n'est il pas une machine à tourner en rond ? Les idées ne naissent elles pas dans le silence de ce dernier ? Qu'est ce que le silence total ? Quand la machine à cogiter s’arrête, quand le brouhaha du mental cesse et qu'il y a de la place pour autre chose. Bref, l'imagination, la création, un vaste sujet.

Je laisserais volontiers ces questions sans réponses : d'une part car je n'ai pas les réponses (bien que de grosses théories) et d'autre part car on va vite s'éloigner du sujet. 


Conclusion .
Je recommande ce bouquin. A qui ?

-Aux personnes qui aiment lire des histoires prenantes sans se prendre le chou avec un style ultra chiadé de l'auteur. Aux personnes qui ont l'imagination débordante et qui veulent se poser encore plus de questions qu'avant d'avoir ouvert le bouquin. .

-Aux personnes qui ont peur de la mort, après tout, une histoire comme celle ci peut vous la faire voir autrement. Ca peut aider à relativiser. C'est en parlant de l'inconnu, qu'il devient un peu plus connu. L'inconnu fait peur , alors autant l'affronter de quelque manière que ce soit. 
Je déconseille ce bouquin à ceux qui pensent avec certitude qu'une fois mort, on est sous terre et puis point final. Sauf si vous pensez ça en ayant l'esprit ouvert, évidemment. 

Sur ce, bonne lecture !
ps : ce roman est le premier d'une longue saga . L'empire des anges est la suite directe de ce roman. On trouve ensuite : "Nous les dieux" (qui lui même est composé en une série de trois bouquins). Bref si vous aimez ce premier bouquin, dites vous bien qu'il y'a toute une suite derrière pour combler les quelques questions qui auraient pu débouler en lisant ce roman.

Re ps : le livre de poche fait 502 pages et on le trouve à 7 euros en "neuf".


« Il y a ceux qui ont peur de la vie et ceux qui ont peur de la mort. En fait ce sont les mêmes... »
de François Morel
 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents