Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Un humain dans la masse !

Un humain dans la masse !

Blog sur les sujets de la vie quotidienne. Savoir se mettre en lumière pour apprendre à évoluer. Curiosité, Neutralité, Point de vue exterieur. Ni pour. Ni contre. Bien au contraire


[ALBUM] Benjamin Biolay et son 6ème album VENGEANCE

Publié par Julien sur 10 Avril 2017, 13:19pm

Catégories : #Musiques, #Biolay


Introduction
 

LA SUPERBE était magnifique
VENGEANCE est superbe.


Biolay : qu'on aime ou qu'on déteste, vous n'allez pas finir d'entendre parler de lui ! Un leader dans la chanson française. Il a su se démarquer de tous ses compères et ne pas tomber dans de la variétoche. Il écrit, compose .. 

En 2009, il nous pondait un double album ("la Superbe") contenant quelques pépites ici et là. Un ventre mou, était bel et bien présent (forcément quand on sort 20 titres d'un coup), mais tout de même, avec ce double album (et double victoire de la musique), biolay tenait du bout des doigts cette perfection si convoitée.

Voilà dans quel contexte, débarque l'album "Vengeance", trois années après. Dur de faire mieux ou d'égaler. De toute façon c'est pas le but (un peu quand même, ne le cachons pas). Comme à chaque nouvel album, Biolay rebondit (et proprement). Il s'essaye à d'autres styles, reprend ses chemins d'antan en les sublimant d'un petit quelque chose supplémentaire. 

Il nous livre ici 14 chansons. Toutes aussi diverses que variées. On a de tout. On peut détester la première et adorer la 3eme, et trouver moyenne la 5eme . Bref on peut tout adorer comme on peut tout détester. On peut piocher au hasard, mais on trouve bel et bien un fil cohérent reliant tout ça. 

Le fil rouge de l'album, c'est cette diversité : l'auberge espagnole comme il l'appelle. On trouve pas mal de featuring , et pas mal de sonorités différentes tout au long du disque. 
Je vais rentrer direct dans le vif du sujet. Avec un petit zoom sur quelques chansons de cet album. 
 

Sous le lac gelé, un album brillant

01.Aime mon amour.
Premier single, première surprise. Guitares qui s'envolent. Batterie qui tambourine. Biolay, comme à son habitude, tape dans des genres différents. Je dois bien avouer que ce premier titre en guise d'ouverture d'album, a beaucoup moins de classe que "La superbe" (cf titre d'ouverture du précédent album). Une fois cette première impression passée, on commence à prendre gout à ce titre surprenant. Un single qui possède un rythme saccadé, presque repoussant au premier abord. Puis à mesure, on s'attache à cet air si lourd, presque sombre et ces cuivres qui surgissent comme des phares au milieu de la nuit . Sur un thème de rupture, d'amour à trois, et de jalousie, Biolay balaye dans ce premier morceau un style à la fois nouveau et à la fois récurent : il ne chante pas vraiment, il ne parle pas vraiment. Bref ce morceau prendra toute sa (vraie) force, je pense, lors des concerts.


03. Le sommeil attendra .
Ah voilà le BIOLAY que j'attendais au tournant. Après le morceau 2 "Profite" un peu fadasse (en featuring avec Vanessa paradis). Il avait tenté des choses avec son album précédent, et je vois de suite avec ce 3eme morceau, qu'il s'essaye aux même genres de choses sinon d'aller encore plus loin dans le trip. Ici il se lance dans une musique que je qualifierai de retro. Avec des effets éléctro inclus à droite et gauche. Un titre qui sonne très pop/rock anglais des années 70-80. Une mélodie qui ne plaira pas à tout le monde, une mélodie qui ose quelques subtilités et au final ça donne un son qu'on entend pas tous les jours, que ce soit dans ses propres albums précédents ou des albums en général. 


04. Sous le lac gelé
De mieux en mieux. Ce morceau est une grosse claque. L'anaphore lui réussit toujours autant. Biolay ose des choses avec sa voix. On sent qu'il a pris de l'assurance par rapport à sa dernière tournée et il se la joue presque crooner. Sur une musique très électronique, sorti d'un autre monde, Benjamin sort une histoire froide, et débite tout ce qu'il peut voir sous ce lac gelé : des souvenirs à jamais parti, des horreurs sans noms, bref le titre le plus glacial de l'album et peut etre aussi le plus chiadé niveau arrangements.


08. Ne regrette Rien .
Le point d'orgue de l'album . La chanson magistrale par excellence. Elle rappelle dès les premières notes, sa chanson "A l'origine" (et notamment sa version live). Cette chanson se démarque sur deux choses : sa musique et son ambiance magistrale, pesante, lourde. Et l'intervention au milieu d'Orelsan qui arrive toujours comme un train à vive allure. L'effet fonctionne à tous les coups et donne quelques frissons sympathiques. Le flow est plus rapide, et permet une cassure très plaisante en plein morceau. Je retrouve le vrai biolay saisissant dans le texte et l'émotion.


09.Trésor, trésor .
La chanson que je zappe. Il en faut toujours une sur un album (même le plus excellent qui soit) sinon c'est pas drole.
 

10.Belle époque (Night shop2)
Voici un "duo" avec Puccino. Je met des guillemets car le duo est en fait une simple participation de l'artiste, sur la fin de la chanson pour un couplet. Cette intervention est d'ailleurs assez lumineuse sur ce morceau. On peut reprocher à ce titre d'être un peu terre à terre : Biolay nous a déjà habitué à mieux niveau "textes" (ici ça ferait presque un peu delermien). On a petit mélange subtile de flow et de chant, sublimé par une musique lumineuse qui rappelle l'ambiance de la nuit. Ce morceau est un clin d'oeil à Night shop qui figurait sur l'album précédent. Évidemment Night shop est indétrônable, mais celle ci à un charme très particulier qui me fait de l'effet !


13. Vengeance
En morceau 5, on trouve ce même titre en espagnol. Ce n'est pas la même chose mais l'ambiance est la même. Un morceau de transition, plus qu'autre chose.
Ici, c'est un deuxième coup de massue . Le titre de l'album arrive ici en avant dernière position. Vengeance où l'art de donner un sens à ce mot. Un mot si dur et qui pourtant sonne si bien. Biolay balance ses mots, sous un effet éléctro/synthétique. L'ambiance dans ce morceau est très étrange : entre ombre et lumière. Carl Barat (the libertines) l'accompagne. De l'anglais lumineux se glisse dans ce morceau, sorte de choeur qui illumine ce morceau très sombre.
La vengeance est un sorbet qui fond en bouche, plus tard . 


14.Conffetis .
Je retrouve là, l'art et la manière de Biolay pour conclure un album (un peu comme il faisait avec Woodstock ou Mes peines de coeur). Cette chanson me détend et me relaxe à sa simple écoute. Une voix suave qui débite son texte, sans se poser de questions. Les mots tombent, et cet air mi triste, mi mélancolique donne une impression de lumière finale. Tout ceci m'évoque des images et des sensations. On éclaire la salle, on rallume les lumières, la fête est finie : vous pouvez rentrer chez vous. Les mariés sont unis et prêt désormais à se déchirer pour le restant de leur vie. Après être passé par la case gosses et mariage .

J'aurais trouvé ce morceau totalement excellent, si il n'avait pas invitée cette Julia stone chantant dans un français incertain qui donne l'impression d'avoir un Coeur de pirate désacordé (j'exagère un peu volontairement). Mais bon elle donne le coté "soupline" du morceau et permet de faire ressortir la voix non chalante du chanteur.



Conclusion

Cet album de Biolay est fidèle à l'artiste : un très bon cru. On peut reprocher quelques détails à droite à gauche, il n'empeche que le cd donne un gout de reviens-y (et très vite). Un peu une drogue pour les oreilles pour peu qu'on accroche à ce style particulier : mélange de flow, rap, éléctronique, pop, rock, ballade mélancolique. Les retracteurs n'aimeront pas plus que précédemment : toujours cette voix non chalante qui donne cette impression du chanteur qui chante au saut du lit. Cela dit, biolay à pris des aises avec sa voix (la tournée précédente à fait des petits) : il s'amuse un peu plus avec, chantonne un peu plus et s'amuse parfois à balancer des graves en mode crooner.
Cette petite bombe rose au doux nom de "Vengeance" est une sorte de trompe l'oeil. 
Un disque qui se danse (malgré quelques textes sombres), qui balaye différents styles musicaux d'un trait. 

Playlist .

01. Aime mon amour
02. Profite (feat vanessa paradis)
03. Le sommeil attendra
04. Sous le lac gelé (feat Gesa Hansen)
05. Vengeanza
06. Marlène déconne
07. Personne dans mon lit
08. Ne regrette rien (feat orelsan)
09. Tresor, tresor
10. Belle époque (feat oxmo puccino)
11. L'insigne honneur
12. La fin de la fin
13. Vengeance (feat Carl Barat)
14. Confettis (feat julia stone)

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents