Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Un humain dans la masse !

Un humain dans la masse !

Blog sur les sujets de la vie quotidienne. Savoir se mettre en lumière pour apprendre à évoluer. Curiosité, Neutralité, Point de vue exterieur. Ni pour. Ni contre. Bien au contraire


[CRITIQUE] L'excellent album "Aucun mal ne vous sera fait" de ALISTER

Publié par Julien sur 1 Juin 2017, 06:41am

Catégories : #Musiques



Tout ce qui est a moi n'est plus a toi,
C'est fini Woodstock, maintenant c'est Bagdad.
Ne range rien, ne touche à rien,
Ne fais pas attention au désordre,
Ne t'approches pas trop près.
Reprends ce que tu as à reprendre et laisse-moi tranquille.
J'ai de la peine, je veux la paix.
Je veux la paix.

(Désordre)

.
.
Alister.
Ce nom vous dit rien et pourtant il fait parti de ceux qui sont dans l'ombre. Parce que si je vous parle de « Un gars, Une fille », ou encore « La minute blonde », là je suis sûr que ça vous parle de suite plus. Il est derrière tout ça, puis la musique revient à lui, un beau jour par hasard en rencontrant Adrienne Pauly. Il lui compose trois chansons, dont la célèbre : J'veux un mec. Bon, je sens que je viens de remettre dans le flou, les quelques personnes qui avaient tilté sur les deux séries citées plus haut. 

Un soir, il lâche quelques mots, quelques paroles improvisées sur une musique très particulière, d'un genre un peu new wave et prend plaisir à jouer avec un ton un peu provocateur. C'est le déclic pour lui. Qu'est ce qu'on va faire de toi va naître et l'album Aucun mal ne vous sera fait, va voir le jour petit à petit.
Mars 2008 : l'album est là. Onze titres. L'univers est particulier, étrange, mais il a le mérite d'être assez unique et de ressembler à rien d'autre. Les titres ne se valent pas tous. Il y'a des chansons trop « space » à mon goût mais il y'a aussi des pures chansons de dingue de la mort qui tue (oui rien que ça) pour contre-balancer la chose.

.
.
Des romances nerveuses !
Cet album pose une ambiance très particulière et à chaque fois que j'écoute quelques-unes de ces chansons, j'éprouve un sentiment très particulier, une sorte d'atmosphère qui se dégage et que je ne trouve nulle part ailleurs. C'est d'ailleurs ça que j'aime beaucoup dans cet album et cet univers : il me paraît en décalage avec tout le reste et est assez unique dans son genre.

J'avais déjà entendu son morceau single sur les ondes, il y'a de ça quelques mois, j'avais accroché et m'étais dit de suite, qu'il fallait que je cherche le soir même, qui était cet artiste si particulier. Puis le soir est arrivé, et j'ai oublié. Quelques mois plus tard, je vois une affiche : « Alister en concert le samedi 29 novembre ». Ce nom me dit rien, mais un concert à 5 min de chez moi, c'est tellement rare que je file écouter ce que fais le jeune homme. Et puis là, je replonge en arrière, je me revois dans la voiture, et j'ai cette pensée « Merde ma mémoire m'a encore fait défaut la dernière fois ». C'est pas si grave, mieux vaux tard que jamais…
.

Qu'est ce qu'on va faire de toi ?
Ce morceau, c'est un peu l'attrape oreille malgré tout, car c'est celui qui se détache le plus de cet album. Certes le style si étrange apparaît un peu et la voix est bien là, mais quand même : le morceau ne donne pas la vraie image de l'album (mais il en montre tout de même une grosse partie). Certains vont donc être déçus de pas retrouver cette énergie si particulière de ce morceau. Mais ce morceau c'est quand même une tuerie ! Ce rythme endiablé sur cette voix, qui parle plus qu'elle ne chante et cette manière de provoquer légèrement. Ce refrain qui rentre et ne sort plus jamais de la tête. Bref ce morceau ne laisse pas indifférent et on ne peut que se défouler sur ce morceau.

.
Quelque chose dans mon verre
Oui cet album respire la nuit et cette ambiance d'After. Ce titre fait parti des titres les plus étranges que j'ai pu écouter jusque maintenant. Ambiance désabusée, guitare triste, et cette grande question : qui a mis ce truc dans mon verre ? Le ton est donné, la mort est proche et cette question qui revient sans cesse ? Quoi et qui ? Le titre tourne en rond, la musique entête, la voix percute. La chanson s'envole doucement sur la fin, l'incompréhension s'échappe et la vérité éclate. Ce morceau me fait planer… Oui on a bien ici, une chanson bougrement spéciale et originale pour le coup.

.
Psycho Lover
Encore une chanson qui a sa touche si particulière. Ici la chanson est un duo et la voix féminine, colle parfaitement avec la voix du monsieur et on se laisse porter par tout ce qui se dégage de cette chanson. Je comprends rien, j'ai pas cherché mais je me laisse guider…La guitare est douce, la musique est reposante, le contraste avec le reste de l'album est évident : une délicieuse pause dans tout cet univers déjanté. Oui Alister ne fait pas que dans la musique rock qui part dans tous les sens, il sait se poser et il le prouve avec ce morceau. Mais l'état de grâce sera là deux morceaux plus loin : Désordre.

.
Désordre.
Comment vous dire ? J'ai de suite été emporté par ce morceau. Un piano, une batterie et cette voix féminine qui ne nous lâche jamais, vous avez compris ? jamais. Puis il est là, lui, et pose sa voix si chaude sur ce piano si froid. Les guitares débarquent, doucement, et cela permet de mettre un peu plus de tension dans les mots qu'Alister nous sort d'une manière si froide. Ne fais pas attention au désordre. Désordre au sens propre comme au sens figuré. Le mec est là, largué, dépité et il la met en garde : ne touche pas à mon bordel, tu n'avais qu'a pas me provoquer. Ce morceau est un truc qui va vous coller des frissons pour peu que vous accrochiez au style si particulier du chanteur. C'est fini Woodstock maintenant c'est Bagdad…
.

7h du matin.
L'album se finit là dessus et si l'album démarre d'une façon qui claque et qui marque, il se termine dans la même veine, en beaucoup plus calme. L'énergie, qu'on trouve en guise d'ouverture de l'album, se transforme en frissons sur la fermeture. Le piano est beau, la voix est chaude et belle et ce sentiment de solitude est plus qu'angoissant. Oui on dirait même que ça résonne. Alister clame sa ballade, tranquillement et nous laisse nous morfondre sur ce piano si doux et piquant à la fois. Quand le morceau est fini, on se dit que bon sang, cet artiste mérite de percer, le jeu en vaut la chandelle.
.
.

Paris By Night
Cet album, si particulier, est un petit condensé de très bonnes choses et de quelques chansons un peu moins percutantes. Cet album possède une ambiance très étrange et si on rentre au mauvais moment et d'une mauvaise façon, dans l'album, alors on risque d'être déçu. Si par contre, on a la chouette chance de tomber sur un de ces morceaux, la nuit, sur la route, à 3h du matin, alors là le coup de foudre risque d'être immédiat. Désordre est un spleen majestueux, Qu'est ce qu'on va faire de toi est un placebo très efficace contre la déprime et 7h du matin est un voyage vers un autre monde. L'album est intense et j'ai qu'une seule envie : être à samedi pour voir ce type en live.

 

Ne fais pas attention au désordre,
C'était comme ca avant qu'tu arrives
Mais ces jours-ci ont été difficiles et il faut faire avec
J'nai pas eu le temps de ranger et retrouver mes briquets devient tres compliqué.
Je ne vois plus les même gens j'nai pas grand chose a
dire
(Désordre)

.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents